Venise 2021 : « The Last Duel » de Ridley Scott est une épopée médiévale émouvante

The Last Duel Review

Venise 2021 : « The Last Duel » de Ridley Scott est une épopée médiévale émouvante

par Alex Billington
12 septembre 2021

La dernière critique du duel

"Je ne vais pas me taire!" Quand je me suis assis pour regarder le film de Ridley Scott Le dernier duel, je ne m'attendais pas à une épopée médiévale tentaculaire de deux heures et demie avec des batailles massives et des drames intimes à profusion. Pour une raison quelconque, je m'attendais au départ à un drame à petite échelle sur des hommes se disputant une femme, aboutissant à un duel divertissant entre deux bâtards arrogants. Bien qu'il y ait certainement un duel divertissant, ce film est tout sauf à petite échelle. Le dernier duel est l'un des deux nouveaux Ridley Scott-réalisé des films sortis en 2021, l'autre étant Maison Gucci, et il est apparu à la Mostra de Venise 2021 en première mondiale à la toute fin du festival en tant que projection hors compétition. Ce n'est pas vraiment un film de festival, mais il a quand même diverti tout le monde. Surtout avec une durée d'exécution de 152 minutes, des scènes d'action médiévales massives à gogo et un duel de chevaliers en armure complète comme jamais montré à l'écran auparavant. Y aura-t-il des réactions de division? Très probablement… Y aura-t-il de quoi débattre et argumenter ? Absolument. Mais est-ce au moins un bon film ? Oui, c'est certainement.

Le dernier duel est une histoire basée sur une histoire vraie de deux hommes se disputant une accusation de viol. Basé sur le livre "The Last Duel: A True Story of Crime, Scandal, and Trial by Combat in Medieval France" d'Eric Jager, il est adapté pour l'écran par sa collègue cinéaste Nicole Holofcener partageant un crédit d'écriture avec les acteurs Ben Affleck et Matt Damon . Tout ce qu'il montre apparemment vraiment fait arriver. Matt Damon co-vedette également dans le film en tant que Jean de Carrouges, un chevalier français médiéval qui se bat pour la couronne chaque fois que nécessaire, et rentre chez lui pour se détendre quelques jours avant de partir pour d'autres missions. Adam Pilote joue Jacques LeGris, un écuyer français suave, trop confiant et idiot, qui s'attire des ennuis lorsqu'il est accusé d'avoir violé la femme de Jean de Carrouges, Marguerite. Jodie Comer co-stars comme Marguerite, la fille d'un seigneur français qui possède des terres en Normandie. Elle est mariée à Jean et lui est fidèle, mais attire l'attention de Jacques. Et le reste est de l'histoire. La seule façon pour eux de résoudre ce problème, puisque le système judiciaire est dirigé par l'église et qu'ils s'en foutent de grand-chose, est de se battre dans un duel à mort crasseux organisé par l'arrogant roi Charles VI.

Aussi ridicule que cela puisse paraître, il est une histoire vraie et est racontée d'une manière qui se connecte à l'ère #MeToo et à quel point il est facile d'écouter uniquement des histoires d'hommes. Ridley Scott fait tout pour recréer cette époque médiévale sale et louche, avec une scénographie grandiose et glorieuse, historiquement précise qui rappelle Gladiateur ou Royaume du Paradis. Le film est aussi long car il est divisé en trois chapitres, empruntant à Rashomon pour nous montrer l'histoire du point de vue de Jean, du point de vue de Jacques, et enfin du point de vue de Marguerite, judicieusement identifiée comme "la vérité" (surtout), avant de terminer par le duel titulaire. Il fait également tapis, ce qui en fait un conte médiéval très coté R d'hommes connards et de viol. Les combats sont sanglants et brutaux, tout comme le duel. Avant même d'en arriver à quoi que ce soit avec Marguerite, la première moitié du film nous emmène à travers de nombreuses batailles menées par de Carrouges – des succès et des échecs. C'est le genre de film que je suis content d'avoir regardé mais je ne pense pas que je voudrai jamais le revoir. Il n'y a que tant de violence médiévale que je peux supporter avant de me demander pourquoi je m'amuse à regarder des hommes taillader et frapper d'autres hommes afin qu'ils puissent gagner plus de terres et collecter des impôts auprès de tous les résidents de ces terres.

Une fois toutes les batailles terminées, c'est quand Le dernier duel devient vraiment bon. Les règles du troisième chapitre (il arrive enfin à faire valoir le point qu'il essaie de faire valoir depuis le début), bien que le reste soit du cinéma d'action typique de Ridley Scott. C'est ici que la narration se concentre sur le réel vérité de cette histoire, et ce qui est réellement dit sur les hommes et les femmes. Et cela nous donne enfin un moment cathartique de « oui » qui devient de plus en plus nécessaire alors qu'il y a si rarement une véritable justice de nos jours. Matt Damon est la meilleure partie de tout le film, je dois dire, avec Jodie Comer qui se débrouille au milieu d'un champ de bataille plein d'hommes de merde. Adam Driver semble mal interprété (il est tout simplement trop aimable pour être un tel connard à mon avis) et Ben Affleck n'est là que pour jouer le rôle d'un autre connard. En regardant ce film, je n'arrêtais pas de penser que la réalisation du film était sacrément impressionnante, mais je me suis ensuite rappelé, oh oui, ça est Ridley Scott, il sait vraiment ce qu'il fait. Je ne sais même pas comment il a rendu ce duel final si réel. Mais c'est exactement ce qu'il fait de mieux et c'est génial à regarder.

Cela va probablement sembler boiteux, mais j'avais l'habitude d'aller à la foire de la Renaissance quand j'étais enfant et de les regarder faire la fausse "joute" avec des chevaux. J'ai toujours pensé que c'était amusant. Dans l'ensemble, c'est plutôt inoffensif, c'est juste une performance et personne n'est blessé, et ce n'est pas censé être une récréation historique sérieuse malgré mon cerveau d'adolescent pensant que c'était comme un duel. Chez Scott Le dernier duel, le duel final est le véritable combat médiéval de « merde sacrée » auquel vous vous attendez entre deux hommes qui se battent à mort. C'est INTENSE – comme, retiens ton souffle, tremble de peur jusqu'à ce que tout soit fini, intense. Je ne sais pas trop comment ils s'en sont sortis. Les grands combats de Gladiateur sont glorieux, mais avec 20 ans d'expérience depuis sa création, il semble que Ridley Scott se vengera meilleur à rendre l'action complètement crédible dans un film. Même si la première moitié du film n'est pas quelque chose que je veux revoir, ce dernier chapitre et duel est quelque chose que je veux revoir. Juste pour ce sentiment passionnant et impressionnant encore une fois. Qu'ils se battent…! S'il te plait, ne laisse pas les connards gagner.

Note d'Alex à Venise 2021 : 7,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing / Ou Letterboxd – @firstshowing

Trouver d'autres articles : Critique, Venise 21

Découvrez-en plus sur le Web :