The Climb, Jamtara, The Truth, High Fidelity, Voyages à travers le cinéma / film français

Fewer trailers

Moins de remorques

Les bandes-annonces sont une forme d'art sous-estimée dans la mesure où elles sont souvent vues comme des véhicules permettant de montrer des images, d'expliquer des films ou de montrer ce que les cinéphiles peuvent attendre. Étranger, national, indépendant, gros budget: quelle meilleure façon de perfectionner vos compétences de cinéphile attentionné qu'en déconstruisant ces petites publicités?

Cette semaine, nous testons les liens de l'amitié, testons les liens de la famille, essayons de nous frayer un chemin jusqu'au sommet et réfléchissons une fois de plus à la contribution de la France au cinéma.

La montée

Réalisateur Michael Angelo Covino avait un court si bon qu'il en a fait un long métrage.

Kyle et Mike sont les meilleurs amis qui partagent un lien étroit – jusqu'à ce que Mike couche avec la fiancée de Kyle. The Climb est une relation tumultueuse mais durable entre deux hommes à travers de nombreuses années de rire, de chagrin et de rage. C'est aussi l'histoire de meilleurs amis de la vie réelle qui transforment leur connexion profonde en un film riche, humain et souvent tumultueux sur les limites (ou leur absence) dans toutes les amitiés étroites.

La brutalité des feuilles de cette remorque en fait un charmeur. Les citations à tirer aimantes renforcent absolument ses arguments pour pourquoi vous devriez au moins envisager de le voir, mais c'est vraiment toute la bande-annonce qui brille de charme. L'ouverture immédiate avec la bombe narrative qui propulse tout le reste est un coup de maître. Il y a des problèmes complexes en cours d'élaboration entre des moments comiques merveilleusement noirs. Un incontournable pour moi, c'est sûr.

La vérité

Si vous êtes Hirokazu Koreeda et je veux suivre le joyau qui est Voleurs à l'étalage, se Catherine Deneuve, Juliette Binoche, et Ethan Hawke tous ensemble dans une pièce est un endroit fantastique pour commencer.

Les légendes du cinéma français Catherine Deneuve et Juliette Binoche se joignent au cinéaste magistral Hirokazu Koreeda (Voleurs à l'étalage, Toujours en marche) pour peindre un portrait émouvant de la dynamique familiale dans LA VÉRITÉ. Fabienne (Catherine Deneuve) est une star de cinéma française vieillissante qui, malgré ses pertes de mémoire momentanées, reste une force vénérable avec laquelle il faut compter. Dès la publication de ses mémoires, sa fille Lumir (Juliette Binoche) revient à Paris de New York avec son mari (Ethan Hawke) et leur jeune fille pour commémorer sa sortie. Une bataille acharnée et drôle d'esprit s'ensuit entre le duo mère-fille, alors que Lumir conteste la version rose du passé de Fabienne. Reflétée intelligemment par le dernier rôle de Fabienne dans un drame de science-fiction, leur relation tendue fait un voyage poignant vers une possible réconciliation.

Le récit est noueux à coup sûr. Il y a des problèmes autour d'une matriarche têtue avec sa fille qui vit dans son ombre. Vous avez un mari et une femme qui naviguent dans la relation épineuse que cette maman et sa fille partagent avec la façon dont cela affecte la relation avec leur fille. Il y a des récriminations du passé, des aperçus qu'ils y traversent, certaines indications qu'ils ne le peuvent pas. Mais, dans l'ensemble, cela ressemble à une prochaine entrée satisfaisante de Koreeda.

Jamtara

J'ai des bouffées de Narcos juste regarder ça.

Une histoire basée sur de vrais événements autour des escroqueries par phishing qui ont lieu dans la ville de Jamtara, Jharkhand. Un groupe de jeunes hommes arnaque des gens à travers le pays par de simples appels téléphoniques. Vous ne les connaissez peut-être pas, mais ils ont certainement déjà votre numéro. Vous n'êtes qu'à un coup de téléphone de perdre vos économies.

Cette bande-annonce m'a conquis par la prémisse, mais je suis resté après avoir exploré des thèmes plus nuancés que cette émission abordera. Vous avez des pivots, des allées et venues illicites, et un indice qu'il y aura beaucoup de corps empilés à la fin de tout cela. Parfois, vous voulez juste quelque chose de différent de tout ce qui est à la télévision et cela pourrait être un gagnant.

Voyages à travers le cinéma français

Le réalisateur Bertrand Tavernier est de retour pour faire un autre tour après son documentaire Mon voyage à travers le cinéma français a fait ses débuts il y a près de trois ans.

La série en huit parties comprend deux épisodes sur les réalisateurs préférés de Tavernier, un épisode sur les comédies musicales de Julien Duvivier; deux épisodes sur le cinéma français avant, pendant et immédiatement après l'occupation allemande, deux épisodes sur des réalisateurs français oubliés et un épisode intitulé «Mes années 1960».

La série comprend des éléments que Tavernier n'a pas pu mettre dans le film, y compris des sections sur Tati, Bresson, Pagnol, Ditri, Clouzeau, des étrangers travaillant dans le cinéma français, etc. et des réalisateurs oubliés – tels que Raymond Bernard, Maurice Turner, Anatole Litvak, et de nombreuses réalisatrices moins connues.

Honnêtement, cela ressemble plus à une classe universitaire au cinéma français qu'à tout autre chose. Et ce n'est pas un coup, en aucune façon. En fait, je dirais qu'entre cela et son documentaire d'il y a quelques années, vous pouvez voir cela comme une belle introduction à ce qui a fait de la France un poids lourd dans la production de films au fil des décennies. En gardant à l'esprit qu'il s'agit également d'une série en huit parties, vous aurez plus qu'assez d'histoire pour mâcher plus en profondeur.

Nota bene: Si vous avez des suggestions de bandes-annonces à inclure éventuellement dans cette colonne, même si vous avez une bande-annonce à présenter, veuillez me le faire savoir en m'envoyant une note à Christopher_Stipp@yahoo.com ou recherchez-moi via Twitter à @ Stipp

Si vous les avez manqués, voici les autres bandes-annonces que nous avons couvertes / Film cette semaine:

Articles sympas du Web: