Au revoir Deadwood

Deadwood Olyphant

De nombreux méchants se sont rendus à Deadwood, dans le Dakota du Sud, tout au long de la course de trois saisons du chef-d’œuvre Western, mais aucun n’était aussi inimitable ni aussi inévitable que le corps humain. Dans le camp le plus connu pour ses actes illicites, ses fléaux, ses tumeurs au cerveau, sa dépression, sa grossesse, ses dépendances, ses calculs rénaux, sa tuberculose et toutes sortes de blessures traumatiques, des hommes et des femmes égarés, plus lents qu’un coup de feu mais aussi douloureux . Il est donc logique que, malgré l'impitoyable George Hearst (Gerald McRaney), revienne dans la série tant attendue Deadwood: le film, c’est la démence qui menace vraiment Al Swearengen (Ian McShane). Le créateur de la série, David Milch, doté d’un esprit de dramaturge incomparable, a récemment déclaré qu’il avait reçu un diagnostic de maladie d’Alzheimer. Il sait ce que c’est de mener une bataille difficile pour le corps et, s’il n’ya aucun moyen de deviner s’il s’agit de cette connaissance qui imprègne le film d’une vérité plus silencieuse que jamais, il est clair que la sagesse est au cœur même de cette chose.

Le film reprend dix ans après la fin de la série, alors que Deadwood célèbre l’état du Dakota du Sud. Al Swearengen, l’un des plus fous du monde qui ait jamais vu le jour à l’écran, reste en retrait pendant une grande partie des 110 minutes de la fin, renversant nos attentes pour l’homme qui avait jadis levé les yeux d’une bagarre sanglante pour crier: «Bienvenue à putain Deadwood! ”Chez des femmes et des enfants sans prétention. Il demande à Doc Cochran (Brad Dourif) ce qu'il pense de l'au-delà, et le médecin dit qu'il croit que nous vivons sous une autre forme, nos cellules étant simplement réarrangées pour un nouvel usage. Des flashs de mémoire sans mots qui frappent Al et d’autres semblent au début comme des flashbacks conviviaux, mais finissent par se mettre en place en tant que moments douloureux et passionnés, qui s’attardent dans l’esprit de ces personnages: les pages effrénées de la vie vécue difficile. "Nous sommes tous hantés par nos propres putains de pensées," dit Al, "Alors, faites-vous des amis avec le fantôme, ça ne va nulle part."

Ian McShane

Plusieurs des notables habitants de Deadwood au XIXe siècle avaient des membres de leur famille (frères et sœurs, conjoints et enfants) qui étaient absents de la série. La série a réinventé ces gens comme des sans-racines mais surtout des nobles, et c’est là que se trouve sa plus profonde beauté. Des actes de bonté et des liens entre des quasi-étrangers tout au long de la série, mais néanmoins significatifs, aboutissent à Deadwood: le film quand la fondation inébranlable de la communauté loyale de Deadwood est finalement, dans une très grande mesure, révélée dans son intégralité. Une série haute survient pendant une scène dans laquelle George Hearst tente d'acheter des terres locales lors d'enchères publiques, quelques minutes contenant une douzaine de changements de tons époustouflants.

Ce sont des actes de bravoure stoïque face à une opposition géante, émanant de personnages que nous aimons, interprétés par des acteurs qui ont mûri dans leurs rôles et qui y ont replongé mieux que jamais après plus de dix ans. Timothy Olyphant, en particulier, est plus lâche et plus nuancé avec le vieillissement du shérif Seth Bullock, tandis que l’ancienne travailleuse du sexe Trixie (Paul Malcomson) et l’alcoolique amoureuse Calamity Jane (Robin Weigert) remportent le prix du meilleur développement du personnage. Ils sont toujours des âmes perdues, mais quand Milch laisse sa distribution shakespearienne – celui qui revendique au moins une douzaine de personnages de tout premier plan – se rassemblent et reconnaissent leur désir obstiné de se faire comprendre aux yeux des autres, le résultat n'est rien de moins qu'une œuvre d'art pleinement réalisée.

Alma "width =" 700 "height =" 500 "srcset =" https://filmschoolrejects.com/wp-content/uploads/2019/06/Alma.jpg 700w, https://filmschoolrejects.com/wp-content/ uploads / 2019/06 / Alma-150x107.jpg 150w, https://filmschoolrejects.com/wp-content/uploads/2019/06/Alma-640x457.jpg 640w "tailles =" (largeur maximale: 700 pixels), 100vw, 700px "/></p>
<p>À certains égards, l'intrigue de <em>Deadwood: le film</em> semble reprendre là où une quatrième saison présumée aurait été, mais dans d’autres, elle est bien servie par le déficit de production. Alors que quelques personnages ont fleuri, d'autres restent les mêmes, tandis que d'autres sont encore retombés dans de vieux schémas – comme s'ils étaient sous un charme qui ne peut être brisé que lorsqu'ils sont confrontés à la personne ou à l'événement sur lequel leur perception de soi se fonde. Il y a des camées, des révélations, des délices et des déchirements, tous les plus expérimentés et, au final, tout est fini plus tôt que nous ne le voudrions. Plusieurs habitants de la ville ont fait un virage remarquable vers la religion dans l’intervalle, et bien que la série n’abandonne jamais totalement la métaphysique, il est clair que ce monde et son créateur se débattent avec le concept de ce qui vient après au revoir. Comme d'habitude, <em>Bois morts</em> n’abandonne pas toutes les réponses, mais oh, quelle chance nous avons de le voir explorer les questions. Le réalisateur Daniel Minahan et le directeur de la photographie David Klein créent un portrait saisissant de la ville qui complète sa maturité philosophique en capturant chaque regard partagé et chaque coup de feu d'une beauté nette et sublime.</p>
<p>La dernière scène se termine dans la neige, une première pour <em>Bois morts</em> et un symbole préféré du Bard lui-même. Nous voyons les chutes de neige, mais ne les voyons pas rassembler et recouvrir la terre sur laquelle les habitants de la ville ont retiré de l’or et déposé des cadavres. Au lieu de cela, les flocons tombent sur les corps fatigués du monde de nos improbables héros, s’accrochant à eux au milieu de leur vie et de leur mort, fondant sous la chaleur de leur cœur trop humain. Les flocons sont là et ont ensuite disparu; comme <em>Deadwood: le film</em>, un cadeau et un au revoir.</p>
</div>
</pre>
<div id=